Claude Nadeau, musique classique - clavecin, orgue... musique baroque

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche



mardi 31 octobre 2006

Deiz-ha-bloaz laouen dit, Aotrou Prezidant !


Article de Hervé Bertho paru dans Ouest-France

samedi 28 octobre 2006

Gouel al Levrioù e Karaes : "Hunvreoù gwenn-ha-du ha liesliv"

Ar bloaz-mañ, ar C'hebek oa pedet a enor Gouel al Levrioù e Karaes. Neuze ez eus bet goulennet din skrivañ ur pennad diwar-benn al liemm etre Kebek ha Breizh. Setu ar pezh hag oa bet embannet e Katalog ar Saloñs:

Ne vez ket bep tro al liammoù etre Breizh ha Kebek ar re a greder ez int. Daoust ha ne skrive ket Gaston Miron : "Te a savimp, Douar Kebek / gwele an dasorc'hidigezhioù / ha mil luc'hedenn hon treuzfurmadurioù " (Gaston Miron, "L'Octobre", in : L'homme rapaillé) d'ar mare ma embanne Xavier Grall : "Te a savimp Breizh / A c'herioù puilh evel kazarc'h / A c'herioù lemm evel ar falc'h". Muioc'h eget forzh peseurt liamm lignezel, bez'er eus etre ar Breizhad hag ar C'hebekad ul liamm kreñvoc'h eget ar gwad : hini ar gwir da vezañ ha da vevañ evel pobl, gant ur stuzegezh dimp-ni hag ur yezh dimp-ni.

Pa erruis e bro Molière, ne ouien tamm e oa un tammig bro dezhi stumm ur gêriadenn c'halian "o terc'hel penn d'an alouber c'hoazh hag atav", ha me, Kebekadez ac'hanon, o vont da gavout enni kement a draoù nes din. E Pariz an hini e tizolois Breizh, he sonerezh on bet teoget ganti diouzhtu, he yezh ken pinvidik ma choman batet bep tro ganti. Hogen ar yezh-se a felle din deskiñ, ne gleven den ouzh he c'homz war ar pemdez : eeunik a-walc'h e voen da grediñ, kentañ tro ma taolis troade Breizh-Izel, e klevjen brezhoneg war ar straed. Hogen, na war ar blasenn, nag er varaerezh, nag er fest-noz ne glevis ger brezhonek. Klask-ha-diglask a rankis ober evit diskoachañ, a-benn ar fin, un dornad brezhonegerien, a lammis ganto, c'hoantek da glevet diganto ton ha son o yezh.

Kompren a ris neuze e oa bet lavaret d'ar Vretoned kement ha ma oa bet lavaret da Gebekiz, gant Lord Durham pa embannas (e 1839) ne oa anezho "nemet ur bobl hep istor, hep lennegezh, mat hepken da vezañ enteuzet".

Emañ hor yezh o vervel. Mar ne vez graet netra, ne chomo ac'hanoc'h nemet un Dolly Pentraeth bennak o sellet ouzh ar brezhoneg o vont e sac'h ar pilhoù.

N'eo ket a-walc'h embann ez eus 92% a dud o sevel a-du gant saveteiñ ar brezhoneg. N'eo ket a-walc'h hetiñ ez afe niver ar vugale war-gresk er skolioù brezhonek ha war un dro sellet ouzh ar c'hlasoù o serriñ. N'eo ket a-walc'h keuziañ ne vefe ket het desket brezhoneg deoc'h.

Un teñzor hon eus e Breizh ha n'omp ket emouiziek anezhañ. Ho kourc'hemennoù a rit da Gebekiz dre ma stourmont evit o yezh en o bro, ha c'hwi a lez hoc'h hini da vont gant Ankoù ar yezhoù.

Gouzout a ran ez eus stourmoù all er vuhez : an naonegezh er bed, ar vreskadurezh, hag an holl stourmoù-se reishoc'h an eil eget egile. Ur yezh o vervel avat a dalv mil levraoueg o leskiñ. Ur yezh o vervel a gas d'he heul un tamm eus ar gevredigezh zo bet he hini. Piv 'oar ha ned eo ket marv ar brezhoneg, yezh ar vuhez, prienn etre ar rummadoù, perzhiek e feur an emzistruj a zo ken uhel e Breizh ?

Hep an diazez kentañ anezhi, ar yezh, ne c'hall ket stuzegezh Breizh kenderc'hel da vezañ. N'on tamm nec'het gant dazont an dañs, ar sonerezh, gwriziennet da vat ha da viken en hon eñvor. Hogen, kozh-poent eo stagañ a-zevri gant ar yezh.

Frañs am eus dilennet evit labourat enni war va micher penn orkestra; kenan e plij din ar vro-se, gant he liesseurtelezh ha daoust d'he sioù a laka an Norzhamerikaned da c'hoarzin diwar he fenn. Kavout a ra din he deus Frañs chañs o kaout Breizh enni, evel m'he deus chañs o kaout an holl rannvroioù-se, a fougaser er sturlevrioù-beajiñ o gwinoù, o meuzioù bag an taol-mouezh ken "dioutañ e-unan". Peur e vo kement a stad e Frañs gant he yezhoù hag he stuzegezhioù ken liesseurt bag he c'heuzioù ? Peur eta e teuio an douristed da vezañ poltredet dirak ar panellou-hent e Breizh, evel ma'z eer da vro-Skos da vezañ poltredet dirak panelloù-hent ha n'eus ket a zistag d'o lec'hanvioù ? Peur e vimp Europeiz da vat bag e c'hellimp embann daou c'her hon "Unaniezh en diseurtelezh" ?

Brasat tachennad labour ! Met pep hini en e anv zo dazont ar bed en e garg. Pep hini ac'hanomp a c'hall lakaat red an istor da cheñch tu, gant ma paouezor da glemmichal ha da c'hortoz "e c'hoarvezfe un dra bennak" pe da lakaat spi e donedigezh ur mesiaz bennak : mar gra pep hini un dra bennak en e gorn, ez eo treuzfurmet ar bed a-bezh. Ret eo paouez da vezañ arvestour ha dont da vezañ oberour.

Dispac'h Habask e go. Trawalc'h ez eus bet e Breizh gant un dornad emsaverien evit kregiñ da cheñch penn d'ar vazh ha da reiñ d'ar Vretoned ar c'hoant d'o yezh. Trawalc'h ez eus bet gant huchadenn ur Gebekadez vrezhonegerez evit reiñ lañs da Ziwan Pariz. Ul lommig livadur e meur a litrad dour zo trawalc'h da cheñch al liv anezho ; trawalc'h ez eus gant ur molekul skinoberick bennak evit skinata ur vro en he fezh.

Dimp da c'hoari.

Ober a raimp eus an douar
Un iliz-veur divoger
Mentoù ar bed
A vo en hor c'herz.
Pep hini ac'hanomp
A oferenno.

Eugène Guillevic (Paroi) "Art poétique"

Salon du livre de Carhaix


Le 20e Salon du Livre de Carhaix se droule cette anne les 28 et 29 octobre dans la ville aux vieilles charrues. Cette anne, la nation invite d'honneur est le Qubec. Aussi cette occasion, on m'a demand de rdiger la prface du catalogue du Salon. En voici le texte.

Rver en gwenn, en du et en Technicolor

Les liens entre Bretagne et Qubec ne sont pas toujours ceux que lon croit. Gaston Miron ncrivait-il pas Nous te ferons, Terre de Qubec / lit des rsurrections / et des mille fulgurances de nos mtamorphoses (Gaston Miron, LOctobre , in : Lhomme rapaill) lheure o Xavier Grall clamait Nous te ferons Bretagne / avec des mots drus comme les grles / avec des mots tranchants comme les faux ? Plus encore que toute attache gnalogique, il y a entre le Breton et le Qubcois un lien plus fort que le sang : celui du droit lexistence en tant que peuple, avec une culture distincte et avec une langue propre.

Je ne souponnais pas, en arrivant au pays de Molire, lexistence dune petite rgion en forme de village gaulois qui rsiste encore et toujours lenvahisseur , et avec laquelle la Qubcoise que je suis aurait trouv tant daffinits. Cest Paris que jai dcouvert la Bretagne, sa musique qui ma tout de suite fascine, et sa langue dune richesse qui nen finit pas de mtonner.

Mais cette langue que jai voulu apprendre, je nentendais personne la parler au quotidien : jeus la navet de croire, la premire fois que jai mis les pieds en Bretagne bretonnante, que jentendrais du breton dans la rue. Mais ni sur la place, ni la boulangerie, ni au fest-noz je nentendis un mot de breton. Et il me fallut bien chercher pour trouver, finalement, quelques bretonnants sur lesquels je me suis jete, goulue, avide de la musique de leur langue.

Jai compris depuis quon a d dire aux Bretons la mme chose quon a dite aux Qubcois, dcrits par Lord Durham (1839) comme un peuple sans histoire ni littrature, tout juste bon lassimilation . (lire le rapport Durham)

Votre langue se meurt. Si rien nest fait, dans 50 ans il ne vous restera plus quune poigne de Dolly Pentraeth (dernire personne avoir parl le cornique, morte au XVIIIme sicle) pour assister la fin du breton.

Il ne suffit pas de se prononcer 92% en faveur de la sauvegarde du breton. Il ne suffit pas de souhaiter augmenter le nombre dlves dans les filires bilingues tout en assistant impassiblement aux fermetures de classes. Il ne suffit pas de regretter que vos parents ne vous aient pas appris le breton.

Vous dtenez en Bretagne un trsor et vous ne vous en rendez mme pas compte. Vous flicitez les Qubcois de se battre pour leur langue chez-eux, et vous laissez mourir la vtre.

Je comprends quil y ait dautres combats dans la vie : la faim dans le monde, la prcarit, et toutes ces bonnes causes toutes plus justes les unes que les autres. Mais une langue qui meurt, cest mille bibliothques qui brlent. Une langue qui meurt, cest un peu de la socit quelle a porte qui meurt avec elle. Qui sait si la disparition progressive du breton, langue de vie, vhicule dune culture, ciment entre les gnrations, nest pas pour quelque chose dans le taux de suicide anormalement lev en Bretagne ?

La culture bretonne ne peut pas exister sans son support premier, la langue. Je nai aucune inquitude pour les traditions de danse, de costumes, de musique, bien ancres dsormais dans nos mmoires et pour longtemps. Mais il est temps de prendre la langue bras-le-corps.

Jai choisi la France pour exercer ma profession de musicienne; jaime profondment ce pays, dans la richesse de sa diversit, et malgr ses travers qui font les gorges chaudes des nord-amricains. Je trouve que la France a beaucoup de chance davoir la Bretagne dans ses frontires, comme elle a de la chance davoir toutes ces rgions dont les guides touristiques vantent les vins, la cuisine et les accents si typiques . Quand la France sera-t-elle aussi fire de la diversit de ses langues et de ses cultures rgionales que de la diversit de ses fromages ? Quand les touristes viendront-ils en Bretagne se faire photographier devant les panneaux bilingues comme on va du monde entier en cosse se faire photographier devant des pancartes de noms de lieux imprononables ? Quand serons-nous vritablement europens, et pourrons-nous assumer les deux termes de notre Unit dans la diversit ?

Vaste chantier ! Mais chaque individu est personnellement responsable de lavenir du monde. Chacun dentre nous peut inflchir le cours de lhistoire, pour peu quon cesse de se plaindre et dattendre que quelque chose se passe ou desprer lavnement dun improbable messie : si chacun bouge localement, le monde est globalement transform. Il faut cesser dtre spectateur et devenir acteur.

Au Qubec il a suffi de quelques artistes pour signer un Refus Global qui ouvrait la porte tous les Dsormais . Il a suffi de quelques nuits de la posie sur le plateau Mont-Royal pour activer les ferments de la Rvolution Tranquille. En Bretagne il a suffi dune poigne de militants au cours des dernires dcennies pour amorcer un changement de cap et commencer redonner aux Bretons le got de leur langue. Il a suffi dun coup de gueule un soir par une Qubcoise bretonnante pour provoquer londe de choc qui a engendr Diwan Paris. Il suffit dune toute petite goutte de teinture dans plusieurs litres deau pour changer la couleur de tout le liquide ; il suffit de quelques molcules radioactives pour irradier tout un pays.

A nous de jouer.

Nous ferons de la terre
Une cathdrale sans murs.
Les dimensions du monde
Seront dans nos instants.
Chacun de nous
Officiera .

Eugne Guillevic (Paroi) "Art potique"

lundi 16 octobre 2006

Stage de musique médiévale à Belfort

choristesJe rentre d'animer un stage de musique médiévale à Belfort, à l'invitation de la Fédération A Coeur Joie Franche-Comté. Plus d'une centaine de choristes ont pu chanter sous ma direction, et découvrir ce que j'appelle un véritable "continent inexploré", le répertoire de musique médiévale. 1000 ans de musique, ce n'est pas rien, tout de même!

Quel accueil, quelle écoute, et quel bonheur de transmettre du bonheur justement, à tous ces choristes venus goûter à ce répertoire méconnu: Messe de Nostre-Dame de Machaut, virelais, motets, conduits, un peu de grégorien et même une chanson à boire! Le public venu nous écouter au concert de fin de stage n'a pas été déçu du voyage, et une chose est certaine, tous ont découvert plein de belles choses, qui donnent envie d'aller plus profondément dans la connaissance de cette musique.

Petite douceur de fin de journée: (le week-end a été éreintant!) en arrivant à la Gare de l'Est, à 21h40, j'eus l'heureuse surprise de voir, sur le même quai que mon train, en face, un autre train qui partait à 21h44 pour Venise : l'Orient-Express! Quelle fête pour les yeux!

Je donnerai à nouveau à la fin du mois de novembre un stage similaire à Nancy. A cette occasion, voici le texte que j'ai écrit pour donner envie aux choristes de s'inscrire:

Mille ans de musique ! Des kilomètres de rayons de bibliothèques remplis de manuscrits, des instruments aussi étranges que merveilleux, la voix magnifiée et élevée au rang de seul instrument assez parfait pour louer Dieu, des envolées de partitions enluminées aussi colorées qu'un vitrail, des litres de chansons à boire, des bouquets entiers de chansons de troubadours, la beauté sublime des monodies, le vertige des polyphonies !

Mille ans d'histoire ! Mille ans de femmes et d'hommes qui travaillent, qui peinent, qui créent, qui osent, qui prient, qui voyagent, qui échangent, qui s'instruisent, qui se battent et font la paix, qui s'enrichissent et se dépouillent, qui dansent et qui chantent ! Qui osera encore parler du moyen âge comme d'une époque de grande noirceur ?

Et pourtant la musique de cette époque, au-delà des caricatures véhiculées par les bandes-son de Thierry la Fronde et autres Kaamelot, est un véritable continent inexploré. Néanmoins toute la musique occidentale que nous connaissons, jusqu'au nom même des notes de la gamme, est l'héritière de la musique du moyen âge. Mais qui peut nommer un seul compositeur médiéval ? Une seule oeuvre majeure ?

Et comment retrouver les sources afin d'aborder, avec la sincérité et l'émotion d'un archéologue qui ouvre pour la première fois depuis des siècles la porte d'une chambre secrète et y découvre ébahi des trésors fabuleux, la musique médiévale de façon historiquement documentée, sans la déformation qu'induit la reproduction de l'image d'une image ?

C'est un véritable travail de détective que je vous propose dans ce stage de découverte du répertoire de musique médiévale. A l'ère du zapping, je tâcherai de vous faire goûter au plus grand nombre de styles et de couleurs possibles (et il y en a eu, en mille ans de musique !), du plain-chant aux chansons à boire, afin de vous faire partager ma passion pour cette musique.

Mon but n'est pas de faire de vous des médiévistes incollables, mais de lever le voile sur une époque injustement méconnue, et qui sait de vous donner des idées de répertoire à travailler dans vos chorales respectives. Pendant ces deux jours de stage, je vous donnerai les clés qui je l'espère vous permettront de continuer de travailler et d'aller plus loin dans la pleine appréciation de cette musique, en retrouvant toute la beauté de sa première splendeur.

Prêts pour un voyage dans le temps ? Qui n'en a jamais révé !

lundi 9 octobre 2006

Mariage de Marie-Eve et Marc à Limours en Hurepoix

Meilleurs voeux de bonheur à Marie-Eve et Marc qui se sont mariés le 7 octobre à Limours-en-Hurepoix (91) ! Une très belle cérémonie animée par l'un des maires les plus sympathiques que nous connaissons, qui plus est "collègue" musicien (et que nous saluons bien bas s'il lit ces lignes) a précédé la soirée à l'ancien couvent de Limours où nous avons eu le plaisir d'animer le banquet en musique!

Vivez heureux!

lundi 2 octobre 2006

Festival International du Moyen Age à Ivry la Bataille (27)

Grand succès pour ce premier "Festival International du Moyen Age" à Ivry la Bataille, en Normandie! Nous y avons effectué quatre "concerts - découverte des instruments et de la musique du moyen âge", en l'église de cette ville. Quel accueil, tant de la part de la Mairie, de l'équipe de François Melchiori, grand organisateur de cette fête, que du public! Quand on est si bien accueilli, quand on est comme portés par ceux qui nous engagent comme par ceux qui nous écoutent, comment ne pas donner tout ce qu'on a dans le coeur et dans les tripes...!

De retour à la maison aujourd'hui, je trouve dans le boîte à lettres électronique plusieurs petits mots de personnes dans le public, dont celui-ci:

"Je suis un Breton Morbihannais, résidant dans la région parisienne et de passage hier dans la petite ville d'Ivry la Bataille. Je ne vous connaissais pas, mais quel bonheur hier de découvrir la palette de vos talents qui se conjugue avec votre passsion à transmettre votre art et à le faire partager. Alors oui, bravo, et merci."

Comme cela fait chaud au coeur ! Comme cela efface la fatigue de ces deux jours bien remplis! (4 concerts en deux jours...) Comme cela donne de la nourriture morale lors des longues heures de préparation !

Ce matin à Dreux au sortir de notre hostellerie, La République du Centre nous livrait elle aussi un article qui fait plaisir :


(cliquez pour agrandir)

Enfin, une autre personne du public nous envoie ce petit mot, véritable bonbon qui redonne l'énergie de continuer :

Et le verbe c'est fait chair...
et la musique nous laisse sans voix
instrument du divin
merci à ceux qui nous la transmettent
derniere étape avant le silence
derniere etape avant l'inexprimable
elle nous pemet de l'approcher
merci

Vous pouvez télécharger le programme de ces 4 concerts en cliquant ici, découvrir ici notre instrumentarium, et vous rendre dur la page de présentation de notre groupe, qui se produit non seulement en concert mais également en animation...

Vous qui lisez ces lignes, n'hésitez pas à nous contacter s'il vous venait l'idée d'organiser un de nos concerts chez-vous...