Claude Nadeau, musique classique - clavecin, orgue... musique baroque

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche



vendredi 8 mars 2013

Femme chef d'orchestre, femmes musiciennes... bonne Journée de la Femme!

article paru aujourd'hui dans toutes les éditions Morbihan de Ouest-France

mardi 10 avril 2012

Musicora renaît, grâce à deux femmes d'exception

"Musicora est un salon grand public mais aussi un réseau d’échanges pour les professionnels et les artistes, dédié à la musique classique, à ses acteurs, à son industrie.

Parcours de découverte, d’initiation, d’information et d’émotion, Musicora permet au visiteur d’assister à des concerts, de participer à des ateliers, de visiter des expositions, d’aller à la rencontre des artistes et des professionnels, et aussi d’acquérir disques, accessoires, partitions, places de concert"

Grâce à MARIANNE GAUSSIAT et ISABELLE GILLOUARD, Musicora fête la musique classique du 11 au 13 mai 2012 au Palais Brongniart à Paris.

voir le site musicora.com

samedi 5 novembre 2011

Baroque Obama !

vu sur le web!

avec des airs de Chevalier de St Georges... ;-)

vendredi 4 novembre 2011

Je suis une guerrière gauloise! à Alésia

photo prise à la Foire Internationale et gastronomique de Dijon, en avant-première de l'ouverture du Muséo Parc d'Alésia le mars

jeudi 14 juillet 2011

"Le baroque pour tous!" article paru dans le Nouvel Observateur

article paru dans le Nouvel Obs du 8 juillet 2011


LA CULTURE SELON CLAUDE NADEAU. Cette claveciniste québécoise, vannetaise d'adoption, manie aussi bien son instrument que le breton. Un mélange détonant.

Claude Nadeau n'est pas morbihannaise, même pas bretonne. Elle est québécoise. Elle défend pourtant mieux que personne la culture locale et ses attraits. Cette étonnante claveciniste, soliste en 2006 et 2007 à l'Opéra de Paris, est venue pour la première fois à Vannes en février 2007 pour un concert.

Plutôt que de jouer des standards du répertoire baroque, elle est arrivée avec une pièce d'un compositeur méconnu mais vannetais, Charles de Mars, et a présenté, à la surprise générale, son concert en breton. Elle parle sept langues, dont celle-ci ! Quelques mois plus tard, la ville de Vannes, décidant d'inviter un artiste en résidence, pense à elle. Cette spécialiste de la musique d'église s'y installe en janvier 2008 et ne l'a pas quittée depuis. Elle y a créé un orchestre baroque : Symphonie de Breizh (www.symphoniedebreizh.eu).

Figure locale, elle a même réconcilié deux frères ennemis : le conservatoire de musique de Vannes, installé dans le bel hôtel de Limur, le long du port, et son voisin, le Vannes Olympique Club ; il n'est pas rare de voir les footballeurs venir à ses concerts - elle-même n'hésite pas à jouer en maillot aux couleurs du VOC, quand elle n'emporte pas son clavecin dans les écoles. L'artiste, animatrice sur Radio France, n'a qu'un mot d'ordre : le baroque pour tous. Sa plus belle balade dans le Golfe? C'est en mer avec le marin écolo Eugène Riguidel, parrain, comme elle, des écoles Diwan.

SOPHIE FAY

»Lire la suite : les coups de coeur de Claude Nadeau dans le Golfe du Morbihan - Chapelle de Tréffléan et son renard sonneur de cornemuse - Église Saint Patern, ses retables et ses chants grégoriens - Librairie Lenn ha Dilenn...

Lire la suite

dimanche 12 juin 2011

colloque Femmes d'ici et d'ailleurs, actrices à part entière !

Lundi 27 juin, je participerai à Lorient au colloque "Femmes d'ici et d'ailleurs, actrices à part entière !" organisé dans quatre villes de Bretagne (Brest, Rennes, St-Brieuc et Lorient).

La Délégation Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité de Bretagne, en partenariat avec les services de l’État et la Maison Internationale de Rennes, organise 4 séminaires sur l’accès aux responsabilités des femmes d’origine étrangère en Bretagne. Ces séminaires régionaux s'inscrivent dans le cadre du plan régional d'intégration des populations immigrées (PRIPI) et ont pour objectifs de rendre visible et valoriser la contribution des femmes d’origine étrangère, d’identifier les freins et les leviers, de dresser des pistes d’actions pour enrichir les politiques publiques et de favoriser la mise en réseau de femmes.

Les objectifs :

- rendre visible la contribution des femmes à la vie locale, dans les domaines économiques, politiques et sociaux,
- amener une lecture positive des parcours migratoires des femmes,
- agir sur les représentations souvent erronées sur les femmes, leurs compétences, leur niveau scolaire et de formation.., lutter contre les stéréotypes,
- favoriser la mise en réseau des femmes et la constitution de réseaux d’entraide, de solidarité dans les différents domaines,
- donner la parole aux femmes et proposer d’autres modèles d’identification aux jeunes,
- rendre visible les inégalités et discriminations subies par les femmes,
- repérer les freins et les leviers pour améliorer la situation des femmes,
- construire un plan d’action à dérouler sur la durée du PRIPI et qui proposerait des pistes d’actions qui pourraient enrichir l’ensemble des politiques publiques: CUCS, emploi, sports, jeunesse…

Pour consulter le programme des séminaires : Programme PRIPI synthétique 36,11 kB
Pour consulter la fiche de présentation des séminaires, trouver un contact départemental, et télécharger le coupon d'inscription : Présentation séminaires Femmes d'ici et d'ailleurs actrices à part entière 152,76 kB

J'interviendrai au milieu de femmes chef d'entreprises, de repsonsables associatives et d'actrices du monde sportif et culturel. Je participerai à la 3e table ronde, dans l'après-midi. Ce colloque se tiendra à l'Université de Bretagne-Sud (UBS).

OU : comment "en tant que femme" on peut partir du Québec, débarquer en Bretagne, y créer un orchestre baroque et parler breton. En gros, quoi. Ca promet.

samedi 1 janvier 2011

Bonne année 2011 - Bloavezh mad! - Boune anade!

allez, en occitan provençal :
A l'an que ven! Que se siam pas mai que siguem pas mens!

allez, en breton!
Bloavezh mat ha didrubuilh,
Kalz a vleunioù da gutuilh,
Bara da bep hini
Ha yec'hed e-leizh an ti !

allez, en québécois!
C'est dans l'temps du jour de l'an
qu'on se donne la main qu'on s'embrasse
c'est l'bon temps d'en profiter
ça arrive rien qu'une fois par année!

mardi 27 avril 2010

Manifestation des agriculteurs à Paris ce matin

ma petite vidéo de la manifestation ce matin : les tracteurs envahissent Paris pour une manifestation des agriculteurs sous le slogan "Fauchés comme les blés"

dimanche 27 septembre 2009

30e anniversaire du retour sous pavillon français du Bélem à Brest : chants de marins et musique bretonne

J'ai joué hier à bord du Bélem, plus ancien bâtiment français navigant ! A l'occasion du 30e anniversaire du retour sous pavillon français, nous avons effectué à bord une prestation de chants de marins et de musique bretonne, en compagnie du chanteur Serj Plénier et du talabarder Louis Abgrall. Le bateau était amarré au port de Brest. Commencé sur le pont, notre concert a migré dans le grand roof, où les vents soufflaient moins fort en 2e moitié de soirée. Quel cadre pour interpréter cette musique! à bateau de tradition, musique de tradition...

Quinze marins, Le pont de Morlaix, Jean-François de Nantes, Le trente-et-un du mois d'août, le Forban... la voix de Serj, grave et chaleureuse, vaut bien le tonnerre de Brest! Mais à la fin de la soirée, c'est celle du Commandant Yves Piriou, qui nous a charmés : ce bretonnant de Plogoff connaît bien tout le répertoire de chants de marins, et il possède la voix pour les chanter, sacrebleu! Ce qui nous a amenés à initier une réflexion, avec le Président de la Fondation Bélem, Paul Le Bihan, hôte de cette soirée : et si les stages de marine à voile qui ont lieu à bord du bateau incluaient un volet chants de marins? En effet ce répertoire n'est pas initialement destiné au concert dans les cabarets des ports, mais la plupart sont des chants de travail. Et si on remettait ces chants dans leur contexte? Une idée à creuser!

En attendant, bon anniversaire au vénérable bateau qui fête ses 113 ans! son historique

vendredi 4 septembre 2009

vous êtes tous invités à mon ANNIVER-CONCERT

Mardi 15 septembre, 20h à minuit : vous êtes tous invites à mon ANNIVER-CONCERT

Autrefois réservée aux salons, souvent écrite pour des événements privés, la musique classique est-elle réservée aujourd'hui à l'écoute attentive dans les salles de concerts obscures, où le silence n'est troublé que par le bruit des papiers de bonbons que déballent des mémés toussottantes?

Pour son 34e anniversaire, la claveciniste Claude Nadeau pose la question : LA MUSIQUE CLASSIQUE EST-ELLE COMPATIBLE AVEC LA VRAIE VIE? et organise une soirée en forme d' "expérience artistique" : transformée en salon des temps modernes, la salle bleue du Théâtre L'Archipel (17 bd de Strasbourg, Paris 10e) accueillera musiciens et autres artistes pour un "boeuf" ("jam session") sur scène. Certaines personnes pourront, assises aux premiers rangs, écouter attentivement ; d'autres, installées au bar ou au buffet, écouteront distraitement ; d'autres enfin s'adonneront à des occupations sociales, mondaines, voire même libertines pour renouer avec l'esprit des salons baroques.

Bar sur place (vin 3€, champagne 5€, softs...)
Buffet participatif (apportez vos spécialités)
Les musiciens apportent leurs instruments ; les danseurs viennent avec leurs corps ; les comédiens apportent leurs masques
Les autres n'apportent pas de cadeau inutile mais peuvent contribuer librement à la location de la salle.

Annoncez votre présence par courriel à anniv @ claudenadeau.net
Vous pouvez inviter vos amis les plus sympathiques. Cette invitation (imprimée) sera demandée à l'entrée.

Dress code : baroque, élégant, chapeauté, déguisé, ou n'importe quoi qui a du style L'événement sur Facebook : http://www.facebook.com/home.phpeid=123321357631

mardi 18 août 2009

Orgue à vendre au Québec, pas cher pas cher

approchez, appppppprochez Mesdames et Messieurs, voici que le Québec brade son patrimoine religieux, son seul, son unique patrimoine historique, LE VOICIIIII!!!!! pour vous braves gens ce sera non pas trente mille, non pas vingt mille mais seulement 19 499,99$ (12 500€) pour un orgue à tuyaux TROIS CLAVIERS , l'opus 100 de Casavant (!!!) allez-lez-leeez on se fait plaisir pour trois fois rien!

A titre de comparaison, c'est le type d'orgue (3 claviers, 47 jeux) qu'on pourrait retrouver, en France, dans une cathédrale (eh oui, au Québec, pays d'orgue s'il en fut un, la moindre église paroissiale est équipée d'un orgue de cathédrale). Et pour les connaisseurs, Casavant est un peu l'équivalent de Cavaillé-Coll, dont il fut l'élève d'ailleurs. Au bas mot, l'instrument doit valoir dans les 500 000€... (on compte généralement 10 000€ par jeu environ pour un orgue neuf)

Honte aux Québécois qui liquident leur culture sans état d'âme! c'est tout ce qu'on avait et on l'a vendu!

Je souligne au passage qu'il s'agit de l'église Saint Louis DE FRANCE : pas mal de pays on une paroisse St Louis de France, en hommage à la France éternelle (hum), où personne ne réagit et tout le monde s'en fout !

Allez Mesdames, allez Messieurs, on liquide tout, tout est à vendre, même l'âme de notre pays!

http://montreal.kijiji.ca/c-acheter-et-vendre-instruments-de-musique-Orgue-Casavant-1946-Organ-W0QQAdIdZ138878949

D'autres paroisses, un scandale dont personne ne parle

Lu dans le journal Le Flambeau:

Un vent de rébellion a soufflé sur l'église du Très-Saint-Nom-de-Jésus, lors de l'office du 6 mai dernier. La proposition de l'archevêché de fermer la fabrique pour concentrer la mission pastorale à l'église Saint-Clément a reçu une fin de non-recevoir des paroissiens.

Joyau du patrimoine, l'église du Très-Saint-Nom-de-Jésus, considérée longtemps comme la "cathédrale de Maisonneuve", fait face depuis quelques années à des difficultés financières récurrentes. L'église qui possède un des plus beaux orgues Casavant en Amérique du Nord affiche un déficit annuel d'une centaine de milliers de dollars. lire la suite

Depuis la rédaction de l'article, l'église a été fermée, tout comme l'église Saint Clément de Viauville, évoquée dans l'article pour "relocaliser" les fidèles, qui sera transformée en "centre de soins". Je me permets de souligner que l'orgue de Très St Nom, Casavant 4 claviers, 6000 tuyaux, a été restauré dans les années 90 pour plus d'un million de dollars aux frais du contribuable. J'avais eu le privilège de donner un concert en 98 dans cette église, qui comporte par ailleurs de magnifiques vitraux du célèbre maître-verrier Guido Nincheri ainsi que des toiles marouflées de grande valeur.

On ferme ces églises, on vend les orgues, on liquide le patrimoine et tout le monde s'en fout. C'est un SCANDALE !

mardi 30 juin 2009

Rendez-nous Leonard Cohen!

Monsieur Eric Mandonnet,
Monsieur Ludovic Vigogne,

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt dans le dernier numéro du magazine L'Express votre article "Sarkozy: histoire d'une révolution culturelle" publié le 18/06/2009. J'ai trouvé votre analyse extrêmement pertinente, étant moi-même dans le milieu culturel (je suis claveciniste) et très intéressée par la politique française.

Dans cet article, vous parlez de plusieurs artistes que j'aime beaucoup, notamment de Leonard Cohen. Vous écrivez:

"Leonard Cohen, dont il avait voulu lire les paroles des chansons en français avant le récital, pour être sûr de les comprendre; il a salué l'Américain à l'entracte de son spectacle à l'Olympia."

Mais Leonard Cohen n'est pas Américain! Il est Québécois, et même Montréalais (né le 21 sept 1934 à Montréal, comme nous l'apprend un clic dans Wikipédia). Il a fréquenté la même université que moi, l'Université McGill, où son souvenir est omniprésent, et tous les montréalais s'enorgueillissent de compter cet artiste parmi les "gloires" de la ville.

Pour le coup, ce n'est pas l' "omni-président" qui a des lacunes culturelles, mais les journalistes...

Ceux qui connaissent bien Montréal vous diront que la musique et la poésie de Leonard Cohen sont profondément montréalaises, ville multicolore dont la "mosaïque culturelle" (qui fait une large place à la communauté juive dont Cohen est issu) est ô combien différente du melting pot états-unien...

Leonard Cohen est tout sauf américain : rendez au Québec ce qui lui revient ! Rendez-nous "notre" Leonard Cohen !

mercredi 27 mai 2009

Classe de chant à Pontivy

Aujourd'hui à 17h, concert de la classe de chant d'Agnès Brosset à la chapelle St Ivy de Pontivy (face à la basilique Notre-Dame de Joie). J'ai le plaisir d'accompagner les élèves au clavecin dans leurs pièces de répertoire baroque (Vivaldi, Handel, Monteverdi, Locke...). L'examen de chant (entrée en 3e cycle et CFEM) sera vendredi après-midi, envoyez-leur vos ondes positives!

samedi 10 janvier 2009

VOEUX 2009

Meilleurs voeux à tous, et aux souhaits habituels que s'ajoutent ceux d'une année 2009 qui fera un plus large place à la culture, une année où il y aura moins de bruit de plus de musique... Moins de déprime et un supplément d'âme, moins de spéculations hasardeuses et plus de concerts, moins de superficiel et plus de ce qui donne un sens à la vie. Moins de "Bonjour paresse" et plus de travail (rémunéré) pour les musiciens... Car c'est en période de crise qu'on a particulièrement besoin de l'art. C'est trop facile de couper les budgets culturels en premier, comme on l'annonce partout, sous prétexte que la culture serait moins indispensable qu'autre chose : c'est maintenant que la société a le plus besoin de notre musique.

Bonne année 2009, gardez le moral! et ne laissez jamais s'éteindre votre flamme.

Et pour mes amis bretons, Bloavezh mat, joa, prosperite, hag ur banne gwin bemdez! ;-)

mercredi 10 septembre 2008

Dopage : la claveciniste la plus givrée du moment est sur France Musique

On m'a sollicitée pour intervenir à l'antenne de France Musique sur un sujet peu commun et un tantinet provocateur : le dopage dans la musique classique. Sujet d'actualité cet été avec le Tour de France et les Jeux Olympiques, le "dopage" est-il l'apanage des sportifs? Est-ce qu'il y a du dopage en musique classique? J'avais déjà rédigé l'été dernier un billet sur mon blog à ce sujet...

C'est aussi l'occasion de parler du métier de musicien classique, un métier qui finalement présente plusieurs points communs avec celui de sportif professionnel. Je ferai donc une petite intervention (3 min) vendredi 12 septembre entre 18h et 19h30 dans l'émission Le Magazine de France Musique, animée par Lionel Esparza, avec la collaboration d'Emilie Munera (photo), diffusée en direct de La Roche-Posay. Où que vous soyez autour du monde, vous pouvez aussi l'écouter en direct et jusqu'à cinq jours après sa diffusion sur le site internet de Radio France

Les auditeurs de cette émission découvriront peut-être enfin le secret de mon énergie... ou la recette de la potion magique? ;-)

vendredi 15 février 2008

Victoires de la musique classique 2008

C'est à Toulouse que se sont tenues les 15e Victoires de la musique classique, dans la très belle Halle aux Grains. L'occasion d'entendre le fabuleux Orchestre du Capitole de Toulouse, dans une très belle forme, et de retrouver certains amis musiciens... L'occasion de souligner également, comme l'a fait l'un des membres de l'Orchestre à qui il était remis un trophée d'honneur, que la musique et plus largement la culture sont essentiels dans notre société : oui ça coûte cher, et pourtant ce n'est pas un luxe. Au moment où frémissent tous les acteurs du secteur de la culture, télévision et radio publique en tête, de la diminution programmée de leurs budgets et du désengagement de l'Etat, il était bon de rappeler à quel point tout cela est essentiel. Et je vous avoue que ce qui m'a frappée hier soir, c'est le nombre de personnes qui travaillent autour d'un tel spectacle : sur scène mais aussi en coulisses et en régie. La culture coûte cher, certes, mais elle crée aussi énormément d'emplois... Et puis, que diable! elle sert à mieux vivre.

Mon favori, le claveciniste Benjamin Allard, n'a pas remporté de trophée, même s'il s'est hissé parmi les finalistes. Dommage, pour une fois qu'un instrument autre que le piano, le violon et le violoncelle (et encore) réussisse à se tailler une petite place dans les palmarès... J'ai été étonnée d'ailleurs que deux ou trois lauréats n'aient même pas pris la peine de se déplacer pour venir chercher leur Victoire : certes ils ont des agendas chargés, mais imaginerait-on l'équipe d'un film ne pas venir chercher son prix à Cannes?

Très belle soirée donc, et très beau spectacle : enfin de la musique classique diffusée aux heures de grande écoute (je déteste l'anglicisme "prime time", même s'il me fait penser à "prima donna"...), et avec la qualité au rendez-vous. Et quelle qualité, quand je repense aux musiciens que nous avons entendus: Les Saqueboutiers, Les Elements, Jean-François Zygel, Eugevni Kissine... Comme quoi, pas besoin de vendre son âme au diable, pas besoin de niveler par le bas pour plaire au plus grand nombre. Même si la question est : comment fidéliser les personnes qui regardent les Victoires de la musique classique tous les ans mais qui ne franchissent pas le pas d'aller au concert? Quand on pense que 3% seulement de la population "consomme" des produits culturels classiques (disques, concerts, etc), on peut se demander comment aller chercher les autres 97%... Réelle réflexion que doivent avoir tous ceux qui travaillent dans ce domaine! Et en tout cas sujet de discussion avec Nelson Monfort et Jean-François Daraud, qui m'entourent sur cette photo. Nelson Monfort, je ne vous le présente plus ; quant à Jean-François Daraud (visitez son blog), c'est l'un des candidats à la Mairie de Carcassonne, à qui nous souhaitons plus de succès et moins de galères qu'à son personnage Monsieur Scoumoune !

mercredi 2 janvier 2008

Voeux 2008


Cliquez!
C'est l'époque des agapes, aussi voici mes voeux de saison! Cliquez sur le gui pour visionner ma carte de voeux, aussi accessible à cette adresse : http://www.claudenadeau.net/voeux2008.html

Il est possible que vous deviez activer un contrôle ActiveX car ma carte est en Flash

La musique qu'on m'entend jouer en arrière-plan est une gigue d'un composieur baroque breton du XVIIIe siècle... la suite bientôt à Vannes!

dimanche 23 décembre 2007

Pour ou contre le travail le dimanche

La polémique enfle, faut-il oui ou non autoriser l'ouverture dominicale? En tant que musicienne et particulièrement en tant qu'organiste, j'aimerais participer au débat.

Oui mesdames et messieurs, c'est profondément injuste car voici des siècles que les églises sont ouvertes le dimanche et que les organistes travaillent dominicalement, sans être mieux payés et parfois même (souvent!) sans être payés du tout. Le premier des dix commandements de l'organiste n'est-il pas "Le dimanche tu travailleras, les jours de fête également"? Mais ce n'est pas là le seul sujet de récrimination, chers camarades.

Que dire en effet de l'emploi non-rémunéré des petits chanteurs dans les Maîtrises, martyrisés par leurs grands méchants patrons, j'ai nommé les ignobles, les infâmes chefs de choeur, sans que personne ne crie au scandale pour l'exploitation éhontée des enfants.

Sans compter le job de prêtre, où on constate une discrimination évidente au niveau du recrutement, discrimination li�e non seulement au sexe, mais aussi aux croyances religieuses!

Où va-t-on avec tout cela, je vous le demande.

PS: ceux qui n'ont pas d'humour, pas la peine de poster des commentaires incendiaires... ;-)


au boulot! accompagnement d'une messe, église St-Eustache, Paris

dimanche 16 décembre 2007

Stage de musique médiévale : Chant choral avec "Vocalys" à Nouaillé

Travail tout au long du week-end avec la vingtaine de choristes du Groupe Vocal de Nouaillé 1356, près de Poitiers. Cet ensemble s'est donné pour objectif de faire entendre la musique du Moyen Age à la fin de la Renaissance, particulièrement au cours de la journée médiévale organisée le dernier dimanche de juin à Nouaillé.

Tout au long de ce week-end, j'ai tenté d'apporter aux chanteurs, qui m'ont fait venir spécialement pour cette séance de travail, les outils qui leur permettront d'aller plus loin dans leur connaissance et dans leur interprétation "historiquement éclairée" de la musique médiévale chorale. Nouvelles idées de répertoire, nouvelles techniques de travail de la voix, nouvelles images mentales, avec pour centre de réflexion mon image du "corps-cathédrale" comme pivot de la technique vocale que j'enseigne, qui vise à chanter en utilisant la résonance naturelle de la voix, sans effort ni fatigue, nouveau regard sur la performance musicale dans une fête historique : j'ai jeté un tas de nouveaux ingrédients dans la marmite de ce groupe, et j'espère que ces choristes les laisseront mijoter afin d'en tirer, dans le futur, leur meilleure soupe!

C'est difficile d'arriver face à un nouveau groupe, dont on ne connaît ni l'histoire ni le cheminement, et d'avoir si peu de temps pour leur apporter quelque chose, que j'espère être "le meilleur de moi-même" pour reprendre l'expresison consacrée. Ca tient aussi un peu du "speed-dating" : on a très peu de temps pour convaincre, très peu de temps pour susciter l'adhésion des chanteurs et leur enthousiasme. Mais ce qui est le plus intéressant, pour moi, c'est l'échange, la véritable relation musicale. Certes le groupe en tant qu'entité et que moi en tant que musicienne nous avons des cheminements différents, et théoriquement, c'est moi qu'on fait venir pour apporter quelque chose au groupe ; mais le groupe m'apporte beaucoup aussi, et la magie ne peut survenir que si cet échange a lieu. Et puis, c'est formidable de repartir en se disant qu'en deux jours, on a quand même réussi à emmener un groupe d'un point A à un point B, et que la différence s'entendait vraiment!

J'ai donc beaucoup semé, et j'espère qu'un jour il me sera donné, dans quelques mois peut-être, d'entendre la moisson. Mais c'est aussi un peu une bouteille à la mer : je ne sais pas ce que les musiciens feront des outils que je leur ai donnés et de tout ce que j'ai pu partager avec eux. Rendez-vous le dernier dimanche de juin 2008 à Nouaillé pour le savoir!

dimanche 16 septembre 2007

Journées du Patrimoine

Vous pourrez encore nous entendre aujourd'hui dans le Marais à Paris à l'occasion des Journées du Patrimoine : l'association Paris Historique organise une petite fête médiévale au pied de la muraille de Philippe-Auguste, les anciennes fortifications de Paris. Hier nous avons ainsi pu côtoyer fauconniers, maîtres-d'armes (clin d'oeil à nos nouveaux amis de l'association Les lames du Marais), brodeuse, apothicaire et autres chevaliers grandeur nature, dans une ambiance tout à fait joyeuse! Merci aux danseurs qui ont honoré nos bransles de leurs pas... Nous avons même eu droit à la visite et aux compliments de l'Adjointe au Maire de Paris en charge du Patrimoine, Mme Moïra Guilmart.

Vous pourrez nous réentendre aujourd'hui dimanche, entre 13h et 17h, face au Lycée Charlemagne, derrière l'église St-Paul, métro Saint Paul le Marais. Qu'on se le dise, braves gens!

cliquez sur les miniatures pour agrandir: