Claude Nadeau, musique classique - clavecin, orgue... musique baroque

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche



vendredi 6 août 2010

Récital

C'est tellement dur préparer un récital.

Peut-être que certaines personnes tirerent un grand orgueil à pouvoir dire "mmmm'ouaiseuuuuh... moi je fais un récital en sooooloooo euh... je suis un grand sooooliste" mais franchement je trouve que préparer un récital est un travail de dingue.

C'est un vrai marathon, qui exige une grande forme physique : faire le show tout seul, tenir 1h20 seul sur scène, sans jamais pouvoir se cacher derrière les autres, surexposé, en ne pouvant compter que sur soi-même, c'est incroyablement difficile.

Passer successivement d'une émotion extrême à une autre émotion extrême, rire, pleurer, s'exposer, offrir son coeur, ses tripes, son savoir-faire et sa technique tout seul sur scène devant un public est un effort surhumain.

Sans compter tous les à-côtés, préparer le programme qui sera remis au public, réfléchir à comment on va s'habiller (en accord avec le caractère des morceaux qu'on joue, bien sûr), préparer ce qu'on va dire au public pour présenter ses piéces, c'est du boulot. Transporter le clavecin, veiller à ce qu'il arrive en un seul morceau, s'assurer que le lieu du concert soit disposé à le réceptionner, courir autour de l'église pour trouver le sacristain qui détient la clé, et qui croyait qu'on arrivait à une autre heure, poser le clavecin, l'accorder...

Se recueillir dans sa loge, tout seul, se maquiller devant son miroir en chantonnant les notes du premier morceau (ne pas oublier le doigté qu'on vient de changer en haut de la page 4, ne pas rater le tremblement lié dans l'allemande), stresser parce qu'on sait le compositeur dans la salle, ou tel programmateur de festival, essayer de se concentrer pendant que le public s'adonne à des mondanités, flipper tout seul dans la sacristie quand l'organisateur vient vous dire qu'on va commencer dans 5 minutes et garder son calme pendant le "mot du maire"...

Y aller. Entrer en scène. Paraître calme et sûre de soi. Sourire. Ne pas se prendre les pieds dans le bas de sa robe longue. Sourire. Saluer. Papillons. On respire, on se jette à l'eau, point de non-retour.

Parfois je me dis que c'est surhumain comme effort. C'est l'effort d'un sportif de haut niveau, d'un athlète professionnel qui travaille sur la discipline, sur l'entraînement intensif, le mental, la visualisation de sa performance. C'est une vocation. Mais je ne sais rien faire d'autre.

article dans Ouest-France (édition St-Brieuc): "Un festival dans le Goêlo pour découvrir le breton et sa culture"

Du 9 au 13 aoüt, du lundi au vendredi, Kalon Plouha propose de nombreuses activités liées au breton lors de son festival.

Les principales activités proposées pendant la semaine

Bob Simon animera l'atelier théâtre. C'est l'un des meilleurs acteurs de théâtre de Bretagne. Cette approche est idéale pour ceux qui souhaitent parler le breton, quel que soit leur niveau, hormis les débutants.

Des gens de métier vous proposent un stage à trois niveaux, de cinq jours pleins, pour apprendre le breton ou se perfectionner. Il y a la possibilité de financement par la formation continue de l'entreprise.

Des initiations au breton, sur quatre jours, 1 h 30 par jour, sont enseignées jusqu'au jeudi, des cours d'initiation au breton pour les jeunes (8 ans minimum) et par les jeunes et de l'initiation au breton pour les adultes.

clavecin breton Claude Nadeau De la musique et du chant

Un stage de Kan-ha-Diskan, sur cinq jours à raison d'1 h 30 par jour. Les cours seront donnés dans la bonne humeur par Gilbert Philippe et Gilbert Donval, bien connus dans le pays de Guingamp.

Le mercredi 11, à 21 h, c'est une soirée clavecin, à la chapelle Kermaria. Un concert de musique baroque (compositeurs bretons pour clavecin) sera présenté en breton par Claude Nadeau, artiste vivant é Vannes et animatrice bilingue à la radio France Breizh Izel.

Un salon du livre, une conférence et une veillée

Le jeudi 12, à la salle Hermine, autour de l'exposition sur l'histoire de la langue bretonne prêtée par l'office de la langue bretonne, se tiendra un salon du livre qui sera ouvert au public tout l'après-midi, à partir de 14 h.

Une visite du moulin Saint-Michel, d'Étables-sur-Mer, sera présentée en breton par Bernard Cadoret, à partir de 18 h.

à 20 h en français et à 21 h en breton, à l'Hermine, une conférence sera donnée par Pierrette Kermoal, éditrice de la revue Aber, sur le recueil de poèmes Pirc'hirin ar mor (Pèlerin de la mer), de Roparz Hemon.

Le vendredi 13, à 20 h 30 pour clôturer la semaine, les stagiaires présenteront des saynètes, chanteront et lanceront la veillée et les danses.

Renseignements et inscriptions, Kalon Plouha, tél. 02 96 22 49 79 ou internet : kalon.plouha@wanadoo.fr et http://kalon-plouha.bzh.bz/