Claude Nadeau, musique classique - clavecin, orgue... musique baroque

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche



mercredi 27 mai 2009

Classe de chant à Pontivy

Aujourd'hui à 17h, concert de la classe de chant d'Agnès Brosset à la chapelle St Ivy de Pontivy (face à la basilique Notre-Dame de Joie). J'ai le plaisir d'accompagner les élèves au clavecin dans leurs pièces de répertoire baroque (Vivaldi, Handel, Monteverdi, Locke...). L'examen de chant (entrée en 3e cycle et CFEM) sera vendredi après-midi, envoyez-leur vos ondes positives!

dimanche 24 mai 2009

Le temps des cerises

"Allez-lez-lez-lez-leeeez! Quatre euros les deux kilos de cerises bio, on termine, allez mesdames!"

C'était la fête sur le marché Aligre ce matin. Entre deux (quatre, dix, vingt?) militants qui vous tendent un tract pour les élections européennes (le dimanche 7 juin n'oubliez pas!), les affaires se tractent. Le plein pour la semaine chez mon producteur bio préféré, et un petit détour chez le Baron rouge pour finir (vin bio à 4,20 le litre : en plus il est bon!)

Mais voilà : que faire avec deux kilos de cerises bio?

Les deux recettes d'aujourd'hui sont rythmées par les airs d'Alcina de Handel, du Mozart, du Bach, du Vivaldi, bref un programme long comme ça que j'apprends à vitesse TGV : Frédérique Lory, l'excellente pisniste qui accompagne la classe de chant d'Agnès Brosset aux conservatoires de Vannes et Pontivy a une double tendinite et j'ai été appelée (que dis-je : réquisitionnée, conscrite!) pour la remplacer dans l'accompagnement des élèves sur le répertoire baroque! Leur examen est jeudi prochain, ni une ni deux, une centaine de pages de musique à apprendre, j'aurai bien besoin des vitamines A et C des cerises!

Première recette, la plus facile : les cerises à l'eau de vie

Vous lavez vos cerises. Vous lavez votre joli bocal. Vous placez joliment vos jolies cerises dans votre joli bocal. Pour faire plus joli, je coupe l'extrémité de la queue (qui c'est qui a dit "castratrice"? non mais ho, ce ne sont que des cerises...) pour ne laisser dépasser qu'un centimètre (honni soit qui mal y pense). On rajoute un peu de sucre si on veut, on couvre d'eau de vie - le mieux c'est de demander à un vieux voisin qui a le droit de bouillage et qui vous refilera du "fort", en vrai, en naturel, sans tous les additifs chimiques des alcools sur le marché, les histoires, commérages et autres anecdotes de voisins en prime. Si comme moi vous habitez en ville, vous pouvez mettre du calva, vodka, alcool à fruits, voire même rhum...

Et après? Ben c'est tout. On attend un mois, ou deux, ou plus, on met un joli ruban sur la collerette et on l'offre à des amis chez qui on va dîner.

Deuxième recette, pas beaucoup plus difficile : la crème de cerises

Pour faire des kirs absolument extraordinaires... Le plus long est de dénoyauter les cerises, mais il existe un outil pour cela (voir photo) qui vous facilitera la vie. Pareil que pour la 1re recette, vous entassez vos cerises, cette fois-ci équeutées et dénoyautées, dans un pot de verre, ou un pot de terre (mais pas dans un pot de fer, malheureuse!), couvrez de sucre, couvrez d'alcool. Et vous l'oubliez le plus longtemps possible. Après une macération de plusieurs mois, on enlève les fruits que l'on presse pour récupérer le maximum de liquide, on filtre dans une gaze (c'est normal s'il reste un dépôt trouble dans le filtrat), on rajuste le niveau de sucre en confectionnant si besoin un sirop avec du sucre (beaucoup) et de l'eau bouillante (peu), et on complète les niveaux en rectifiant le degré d'alcool avec encore du calva.

Enfin, pour ceux qui ne le sauraient pas, la chanson "Le temps des cerises" n'est pas si bucolique qu'il n'y paraît, puisqu'elle a été écrite pour l'un des épisodes les plus sanglants de l'histoire de Paris, la Commune. Lisez à ce sujet l'article de "Wikipédia"...

Qui a une bonne recette de confiture de cerises? ou autre chose avec ce fruit?

Au fait, pour ceux (oui ceux) prêts à me taxer d'horrible féministe coupeuse de queues de cerises, je vous signale que je recommande fortement de garder lesdites pour en faire des tisanes diurétiques (qui favorisent l'élimination d'eau). Utiles tant pour ces dames (cellulite, SPM, cure d'amaigrissement) que pour ces messieurs (goutte, prostate...!) :-)

mardi 19 mai 2009

Concert baroque à Paris, "Lamenti"

Musique baroque du 17e siècle italienne et anglaise (Monteverdi, Frescobaldi, Strozzi, Purcell, Dowland), entrecoupée de poésies d'un maître bouddhiste vietnamien, Thich Nhat Hanh.

Brian Cummings, contre-ténor
Frederico Yacubsohn, viole de gambe
Claude Nadeau, clavecin
Benoît Damant, récitant

Mercredi 20 mai à 20h30 Théâtre L'Archipel, 17 bd Strasbourg 75010 Paris (métro Strasbourg Saint Denis)

vidéos

The Fatal hour, Purcell : http://www.youtube.com/watch?v=vn5JcDn8kjs
Flow my tears, Dowland : http://www.youtube.com/watch?v=2aM1oYBliic
Greensleeves http://www.youtube.com/watch?v=ccsI39xoF1U

Billetterie

Page Facebook de l'événement

jeudi 14 mai 2009

Vidéos du concert du 6 mai à Vannes

Suite pour clavecin de Mars
Port an Deorai, gigues de Alan Stivell
Pe trouz war an douar, noël vannetais
Suite vannetaise pour clavecin électro de Yves Ribis, 1er mouvement, Gwerz Marv Jean Jan
3e mouvement : An-Dro

Voir toutes mes vidéos sur Youtube

Article paru dans Le Télégramme:

Claude Nadeau défriche des trésors cachés

C'est la plus vannetaise des Québécoises: la claveciniste Claude Nadeau joue ce soir à l'Auditorium des Carmes sur le thème "compositeurs vannetais d'hier à aujourd'hui".

Bretons, elle vous a compris! Née à Montréal il y a 33 ans, la Québecoise Claude Nadeau est "tombée dans la marmite bretonne" depuis dix ans. Cette claveciniste est en résidence artistique à Vannes, mais elle cite plus volontiers l'expression bretonne: "Arzourez degemeret, ça veut dire artiste accueillie." Ce soir, elle veut "redonner aux Vannetais ce qui leur appartient". Son concert s'articulera en trois temps. Première partie: elle va jouer deux suites de Charles de Mars, qui a été organiste à la cathédrale de Vannes pendant 45 ans au début du XVIIIe siècle. "Ces trésors cachés font partie de notre patrimoine". Deuxième temps de son concert: elle va jouer deux suites de compositeurs contemporains locaux. Il y aura d'abord une suite de Pierick Houdy, un étellois de 80 ans qui a vécu 25 ans au Québec: ce morceau, "La gigue et la gavotte", n'a été joué qu'une fois, l'année dernière, pour le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec.

Une musique vivante

Claude Nadeau va aussi interpréter une suite en trois mouvements pour clavecin électrique, écrite par Yves Ribis. Ce guitariste lorientais de 52 ans a beaucoup composé pour Arz Nevez. "Je vais la jouer avec un boucleur, ce qui me permet de jouer en canon avec moi-même. C'est important de montrer que le clavecin n'est pas un instrument de musée". Dans la dernière partie de son concert, Claude Nadeau va réarranger de la musique traditionnelle bretonne: une suite de gigues écossaises d'Alan Stivell, deux suites de Didier Squiban et deux cantiques bretons.

Avec les félicitations des joueurs du Voc!

A ses yeux, c'est le temps fort de sa résidence artistique à Vannes, qui a commencé début 2008 et va durer au moins jusqu'à la fin de l'année. Elle s'est infiltrée dans la vie culturelle locale. Son leitmotiv: "créer des passerelles" et montrer que la musique classique peut plaire à tout le monde. Son dernier projet, mené en collaboration avec le Voc, en est une parfaite illustration: "Le stade est juste à côté, je veux entretenir des rapports de bon voisinage! J'ai invité les joueurs à venir au concert clavecin et percussions du 24 mars. Une dizaine sont venus, ils m'ont dit qu'ils avaient adoré. Il ne faut pas opposer la culture et le sport. On partage des valeurs communes: entraînement intensif, discipline, technique, esprit d'équipe..."

Laurent Guenneugues

article paru dans Ouest-France:

Claude Nadeau dépoussière le clavecin

Claude Nadeau joue les compositeurs vannetais d'hier à aujourd'hui, ce soir aux Carmes. Elle va même amplifier son clavecin et jouer avec une pédale "loop".

La claveciniste québecoise, en résidence artistique à Vannes, ne considère pas son instrument comme une pièce de musée. Ce soir, elle joue classique, contemporain, acoustique et amplifié.

Entretien

Claude Nadeau, cela fait un an et demi que vous êtes en résidence à Vannes. Vous donnez ce soir un concert de clavecin à l'auditorium des Carmes. Quel en est le programme ?

Déjà, c'est le moment fort de cette résidence. J'ai décidé de bâtir le programme autour de trois axes qui me tiennent à coeur : le patrimoine avec des oeuvres de Charles de Mars, organiste de la cathédrale de Vannes et compositeur du XVIIIe siècle ; des compositeurs contemporains vannetais, Yves Ribis et Pierrick Houdy ; et de la musique traditionnelle arrangée pour clavecin. J'ai transcrit des pièces d'Alain Stivell et Didier Squiban. Je vais aussi jouer des cantiques bretons, le cantique du Paradis et un Noël vannetais. C'est de la très belle musique.

Des auteurs contemporains écrivent pour le clavecin ?

L'avantage avec des musiciens contemporains, pour des instrumentistes comme nous qui jouons des compositeurs décédés il y a 300 ans, c'est qu'on peut les rencontrer, échanger, s'en faire des amis. L'écriture devient un projet commun.

Pierick Houdy, par exemple, m'a écrit une oeuvre l'an dernier que j'ai jouée pour le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec. Je ne l'ai donnée en public qu'une seule fois, là-bas.

Yves Ribis, lui, m'a écrit une suite vannetaise pour clavecin électrique. Le son sera amplifié et j'aurai un pédalier pour enregistrer des sons en direct et les faire tourner en boucle. Du coup, j'aurai les mains libres pour jouer en canon avec moi-même.

C'est la première fois que vous jouez du clavecin avec l'appui de ces technologies ?

Je suis très ouverte à tout ça. Je ne joue pas du clavecin avec une perruque XVIIIe. Ca n'est pas un instrument de musée qui a eu son heure de gloire et qu'on doit laisser prendre la poussière dans un coin. On peut le brancher sur un ampli Marshall.

Pour autant, je ne joue pas de la musique électronique. Le clavecin est équipé de capteurs. On l'amplifie sans déformation en respectant une certaine authenticité. Si Bach revenait, il se servirait de ces technologies pour écrire de la musique.

Quand j'entends des trucs qui me plaisent, je ne vais pas me priver de les jouer parce qu'ils n'ont pas été écrits pour le clavecin. Je transcris la partition. C'est ce que j'ai fait avec des pièces d'Alan Stivell et de Didier Squiban.

Denis Riou

lundi 11 mai 2009

Artistes, producteurs et revendeurs

Réveil à 5h ce matin pour prendre le TGV pour Vannes où j'accompagnerai les examens de la classe de chant d'Agnès Brosset, après courte nuit... puisque hier soir, après avoir passé une partie de la journée à répéter pour le concert du 20 mai à l'Archipel (Paris), j'ai passé une superbe soirée chez le directeur de cette salle, qui est également le producteur du label Saphir.

Moments magnifiques autour d'une délicieuse T'fina pkaila préparée par notre hôte, désireux de faire se rencontrer des musiciens et de susciter des projets. Instant d'anthologie sur la terrasse de l'appartement pendant lequel je me fais expliquer la mécanique quantique (rien que ça) par Laurent Naouri et Karen Vourc'h, qui est d'ailleurs comme moi une ancienne de l'Université McGill !

A la fin du dîner, propositions malhonnêtes de notre hôte, qui avait bien une idée derrière la tête en nous invitant chez-lui : cinq musiciens autour de la table... et des projets d'enregistrement chez Saphir. C'est comme cela que ça commence, autour d'un plat et avec du bon vin, avec de l'amitié, de la complicité et de la bonne cuisine. C'est ça, le métier de musicien... ou plutôt, c'est cela que ça devrait être...plus souvent...

Jeudi dernier je reçois un coup de fil d'une personne qui me demande si mon groupe de musique ancienne médiévale est disponible pour une animation musicale dimanche 17 à Tourcoing. C'est dans une semaine! je vérifie auprès de mes compères, je réponds oui. Au moment de passer aux choses plus techniques, je pose la question au nom de qui le contrat doit être fait ; et en fait il s'avère que le contrat est fait à une structure qui revend le spectacle à la Ville. Bon. Je me suis permis de poser la question : avec quelle marge allez-vous revendre notre prestation? En sachant que la profession d'Agent artistique, par exemple, est réglementée, et que la commission sur le prix de vente ne doit pas dépasser les 10%. Les choses sont différentes avec un "producteur" ou "manager", et il n'y a dans ce cas aucune règle sur la commission.

Et donc mon interlocuteur me répond que notre spectacle sera vendu avec une marge de 25%. Rien que ça. Je n'ai pas pu m'empêcher, j'ai rétorqué : "Aaaah non, désolée, nous, nous ne fonctionnons pas comme ça". J'ai regretté ma réaction par la suite, car par les temps qui courent, personne ne peut se permettre de refuser un contrat. J'en ai par ailleurs longuement discuté avec mon entourage, avec mes compères musiciens et avec l'un de mes amis qui est dans le commerce, et le sujet prête vraiment à débat.

Certes tout le monde doit gagner sa vie. je suis tout à fait d'accord de concéder 10% à un agent, qui s'occupe de la carrière d'un artiste ; ou davantage même à un producteur qui gère son écurie, qui suscite des projets et des rencontres, qui s'investit dans un groupe. Mais les prix que nous proposons sont étudiés au plus juste, et souvent même ils sont encore trop chers et le devis ne passe pas, une fois sur deux. La plupart du temps, pour une fête historique, pour une journée de travail musical spécialisé, au final chaque musicien touche entre 180 et 200 euros net. Et qu'une personne revende notre spectacle 25% plus cher, s'octroyant plus de 350€ pour s'être donné la peine de passer deux coups de fil en ayant trouvé nos coordonnées dans Google m'a un peu ulcérée.

C'est peut-être la dure loi du marché. Ce ne sont pas des commissions inhabituelles. C'est vrai que sans cette personne, la proposition nous ne l'aurions pas eue. Vaut-il mieux dans ces conditions accepter le contrat, ou rester chez-soi et ne pas bosser?

Quel monde néanmoins entre ces revendeurs de spectacles et le producteur qui a organisé le dîner d'hier!

Et pourtant, comme musicien, n'avons-nous pas vitalement besoin de gens qui nous apportent des contrats, meme s'ils prennent au passage une commission énorme? Comme je disais dans un précédent billet au sujet d'Hadopi, dans tous les cas ce sont les musiciens qui trinquent; les producteurs, les revendeurs, les majors du disques, eux, gagnent mieux leur vie que nous.

lundi 4 mai 2009

Concerts en mai

J'ai le plaisir de vous inviter à mes prochains concerts :
 
Lundi 4 mai, Théâtre Pierre Cardin, Paris
Cérémonie de gala, remise des prix les David de l'art contemporain
Performance artistique de "Musique Post-Bourgeoise", trio de musique électronique de salon (Olivier Urman, Constantin Leu, Claude Nadeau)
Site internet de la manifestation (gala sur invitation seulement)
 
Mercredi 6 mai, 20h, Auditorium des Carmes, Vannes
Récital de clavecin "Compositeurs vannetais du XVIIIe siècle à aujourd'hui" : musique baroque, oeuvres commandées à des compositeurs vivants, et musique bretonne adaptée pour clavecin. Oeuvres de Mars, Pierick Houdy, Yves Ribis, Alan Stivell, Didier Squiban, et deux noëls bretons.
Tarifs : 12 € et 10 € Billeterie : 02 97 01 62 00 site internet de la Ville
 
Samedi 16 mai, 19h, Moigny sur Ecole
Banquet médiéval - animation musicale sur instruments d'époque
avec l'ensemble An Dud Nevez (Daniel Dupitier, Pierre-Olivier Schmitt et Claude Nadeau)
renseignements et réservations : 01 64 98 00 00 ou mediatheque-moigny-sur-ecole@wanadoo.fr
 
Mercredi 20 mai, 20h30, Théâtre L'Archipel, Paris
Concert de musique ancienne : Brian Cummings, contre-ténor; Federico Yacubsohn, viole de gambe; Benoît Damant, ténor et récitant; Claude Nadeau, clavecin
Tarif : 15€, 12€ et 9,50€  réservations : 0 826 02 99 24 larchipel@larchipel.net et sur le site internet du théâtre
 
Dimanche 31 mai et Lundi 1er juin, Ville d'Agde
Animation de musique renaissance par An Dud Nevez et concert de clavecin
Dans le cadre de la manifestation "Agde au fil du temps"
Infos : 04 67 94 72 70 et sur le site internet de l'Office de Tourisme
 
Bien entendu vous retrouverez des échos de ces concerts, des photos et des extraits musicaux sur ce blog...
 
Au plaisir de vous voir ou revoir lors d'une ces manifestations!